La Banque WIR: une initiative suisse pour aider aux PMEs

juin 3, 2006

Il y a quelques personnes qui mécomprennent que la monnaie locale et d'autres initiatives ne sont pas pour le secteur commercial: la banque WIR en Suisse, fondée en 1934, parvient à aider aux PMEs en leur offrant des emprunts à bon marché en sa propre monnaie complémentaire qui s'appelle WIR(« nous » en allemand).

Cette banque a été établie lors de l'époque quand la Suisse continuait encore de souffrir des impacts de la Grande Dépression. Il y avait quelques personnes qui connaissaient déjà l'idée de Gesell sur le "Freigeld"(argent libre: pour en savoir plus) et elles se sont rassemblées pour créer un cercle de compensation qui se transformerait en une banque coopérative. On payait en WIR au lieu du franc suisse(CHF) en tant que leur moyen d'échange car la circulation de l'argent traditionnel ne suffisait pas. Même si la banque WIR arrêta de suivre l'idée originelle gésellienne d'oxidation en 1948, elle sert encore aujourd'hui aux transactions parmi des PMEs suisses.

En général cette coopérative n'accepte que de PMEs. Les membres utilisent WIR(équivalent à CHF) en parallèle avec CHF en faisant des transactions avec d'autres membres de WIR(par exemple, WIR 30 + CHF 70). Ils jouissent aussi des emprunts en WIR avec le taux d'intérêt plus bas que celui en CHF car la banque WIR peut créer WIR par elle-même lorsqu'il lui faut emprunter CHF de la banque centrale avec le fardeau du taux officiel, et elle peut offrir, par exemple, un emprunt de 2% en WIR et un autre de 5% en CHF si le taux officiel est de 3%.

Un autre avantage pour les members de la banque WIR pour la joindre est l'augmentation de leurs clients: ceux qui ont WIR ne peuvent les dépenser à ceux qui n'en fassent pas partie(grandes entreprises ou entreprises étrangères), donc les membres de WIR ont l'avantage d'attirer plus de clients. C'est ainsi qu'ils forment un cercle danslequel reste leur pouvoir d'achat sans s'y échapper au-delà de la frontière.

Une enquête(en anglais) éprouve que la banque WIR équilibre les hauts et les bas économiques, en jouant un rôle complémentaire à l'économie conventionnelle(à se décrire la prochaine fois). Les membres de WIR font plus d'échanges quand l'économie suisse ne marche pas bien lorsqu'ils échangent moins pendant le boom, et ils ont moins de peur aux récessions économiques. On pourrait apprendre beaucoup de 70 ans de son histoire…

Un livre sur la Banque WIR(en anglais)


Chiemgauer en Allemagne: Une nouvelle monnaie pour retrouver l’autonomie économique régionale

mai 16, 2006

La mondialisation qui n'enrichit que peu de personnes du monde au détriment de la grande majorité engendre plusieurs contre-mouvements et quelques personnes perspicaces ont déjà trouvé qu'un autre système monétaire peut transformer complètement notre système socio-économique. Cette fois-ci j'aimerais décrire une initiative intéressante dans une petite collectivité pas éloignée de la merveilleuse expérience merveilleuse dans la décennie 1930s.

Prien am Chiemsee, quelques 80 kms à l'est de Munich, est une attraction bavaroise où milliers de touristes passent leurs vacances d'été sur le lac Chiemsee. Christian Gelleri, professeur d'économie à ce temps-là dans un lycée local qui avait appris Gesell, Wörgl et d'autres sujets en relation, a trouvé l'idée d'organiser un programme scolaire pour mettre en jour une monnaie locale en automne 2002. Six étudiantes étaient intéressées à joindre le Projet Chiemgauer qui en fait s'est démarré le janvier prochain.

Ce système a été conçu pour créer une relation "win-win" danslequel n'importe qui gagne entre les associations, les consommateurs et les entreprises locales. Chaque acteur a l’avantage suivant et ce moyen d’échange promeut la production et consommation locale.

* Association : acheter 100 Chiemgauers (€100) à €97 et le revend aux consommateurs à €100, en gagnant par conséquent €3 et le dépensant pour leurs propres activités
* Consommateurs : acheter 100 Chiemgauers à €100 et le dépenser dans les magasins membres à sa valeur nominale, en faisant donation par conséquent le 3% de leur consommation aux associations locales sans dépense supplémentaire.
* Entreprises locales : accepter 100 Chiemgauers et le dépenser pour d'autres entreprises locales ou le rachète en €95, en payant 5% de commission. Le 5% de commision est considérée comme frais publicitaire et ils peuvent ainsi attirer plus de consommateurs qui veulent aider leur collectivité.
* Bureau Chiemgauer : il vend 100 Chiemgauers à €97 et paie €95 au moment de la redemption. La différence de €2 est dépensée pour l'opération de ce système monétaire.

Dès sa mise en jour Chiemgaeur augmente avec succès ses utilisateurs aussi bien que leur chiffre d'affaire en Chiemgauer. Actuellement 700 consommateurs et 380 entreprises joignent ce système, en enregistrant la chiffre d'affaire de 720 000 Chiemgauers(Lisez ici pour en savoir plus). On espère plus de croissance car une carte à puce a été mise en pratique et cette expérimentation reçoit de plus en plus d'attention en toute Allemagne et à l'étranger.


Une monnaie locale pour relancer l’économie locale en Autriche

mai 9, 2006

On racconte de la théorie de Gesell sur l'oxidation presque toujours en se référant à l'expérience historique de réussite qui eut lieu pendant la Grande Dépression à Wörgl, Autriche. Cette fois-ci j'aimerais vous montrer comment ce système monétaire fonctionna si efficacement pour aider la récupération économique de cette collectivité au Tyrol.

Cette petite ville, comme partout à cette époque-là, souffrait de la récession: 350 personnes étaient au chômage dans une petite ville avec la population de seulement 4 216 et l'assurance du chômage était déjà expirée pour plus de 200 d'eux au printemps 1932. Le revenu d'impôt de la mairie diminua et l'hôtel de ville aussi était au bord de la faillite. Alors le maire Michael Unterguggenberger décida d'émettre des "certificats de travail" en juillet 1932 en tant qu'une monnaie locale pour se débarrasser de cette situation critique.

On imprima des billets de 1, 5 et 10 schillings et l'hôtel de ville les paya aux ouvriers de bâtiment comme salaire. Le billet expirait chaque mois et il fallait coller un timbre d'un centième de sa valeur nominale pour le revalider. C'est-à-dire, votre « certificat de travail » de €10 n'est valide que jusqu’au 31 mai si vous le recevez aujourd'hui(09 mai) et vous aurez besoin d'acheter un timbre de €0,10 et le coller sur ce billet si vous ne parvenez pas à le dépenser avant de la fin de ce mois. Donc les porteurs de cette monnaie locale étaient conseillés de circuler ces billets plutôt que les amasser, en revigorant les activités économiques à Wörgl. La masse monétaire de seulement 5 490 Schillings en moyenne créa des transactions qui vallent plus de 2,5 millions de Schillings pendant seulement un peu plus qu'une année, en permettant à la mairie de dépenser plus de 100 000 Schillings pour ses travaux publics et en réduisant le chômage par 1/4. Il y avait même des personnes qui offraient de payer l'impôt en l'avance (feriez-vous ainsi si vous étiez assez riche?) parce qu'ils étaient si abondants.

Cependant, cette prospérité grâce à la monnaie parallèle effraya l'autorité centrale à Vienne et il fallait que Wörgl arrête la circulation de cette monnaie merveilleuse en septembre 1933: mais il avait de diverses médias qui faisaient le reportage sur ce succès qui prouva l'efficacité de la théorie de Gesell. Actuellement l'Institut Unterguggenberger travaille pour rassembler des matières en relation et pour encourager le "I-motion," l'initiative locale contemporaine, en recevant beaucoup de visites de ceux qui travaillent pour les expérimentations allemandes de "Regio"(monnaies régionales, à se présenter la prochaine fois).


Banca Etica: une banque pour des projets sociaux et environnementaux

avril 22, 2006

Banca Etica(Banque Ethique), fondée en 1999 à Padoue(Padova en italien), Italie, est un bon exemple de plonger notre fortune vers des projets socialement et/ou environnementalement responsables. Il a rassemblé plus de €400 million de plus de 20 000 membres pour investir à plus de 1,700 projets.

http://www.bancaetica.com/ (en italien, français et anglais)

Cette banque a été créée par un groupe de gens, par exemple activistes pour des associations et members de coopératives, qui n’étaient pas satisfaits des banques traditionnelles(lisez mon dernier article pour savoir pourquoi). Les épargneurs peuvent choisir un des quatre domaines(coopération sociale / projets écologiques / aide aux pays en voie de développements / événements culturels) danslequel leur argent sera utilisé et la banque analyse l’impact social et/ou écologique du projet aussi bien que si l’emprunteur peut rembourser avant de décidir si l’emprunt est donné ou non. Voici quelques exemples de projets qui ont été financiés par cette institution.

– Commerce équitable pour une coopérative de café en Honduras

– Réconstruction d’un quartier historique à Riace, Sud d’Italie

– Une ferme organique par un monastère benedictin

– Agriculture organique pour réduire la dépendence des gens sur l’économie noire

– Aide aux addictes de drogue

– Système d’aide sanitaire pour les prostitutes

– Aide économique pour l’Albanie

Il faut souligner aussi l’autre aspect de cette banque, c’est-à-dire que cette coopérative financière est gérée par les propres éparneurs, même si en fait indirectement par leurs représentants. La transparénce sur toutes les informations sur les emprunts est assurée et tous les impliqués à cette agence ont de bonnes idées sur son administration. Peut-être votre profit qui viendra de la Banca Etica n’est pas si grand comme celui d’autres banques commerciales, mais vous serez toujours fier(ère)(s) de ce qu’atteint votre argent(votre contribution à la société et/ou à la Nature). C’est pas bon pour vous?