Manifeste de Monnaies Livres

mai 22, 2006

Il y a quelques concepts sur lesquels nos sociétés sont basées aujourd'hui, tel que démocratie, droits de l'homme et liberté. Les suppresseurs de ces valeurs courrent le risque d'être condamnés par la communauté internationale lorsque les ONGs et autres défenseurs reçoivent, probablement, des supports du monde entier. Le Manifeste de Monnaies Livres est une bonne application de ce que le monde moderne a accompli jusqu'à maintenant sur le domaine économique. Il commence avec quelques références à la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, adoptée en 1948 aux Nations Unies, en soulevant des questions au sujet de l'authenticité de notre système monétaire actuel.

  • Pas démocratiquement géré: l'argent est un outil dont tout le monde a besoin, mais actuellement il est géré des banques privées qui décident qui peut faire des emprunts = mettre des projets en jour.
  • Cher: les prêteurs d'argent sont obligés à payer les intérêts composés au-delà du capital lorsque les profits ne vont qu'aux poches de quelques mains.
  • Thésorisable: les porteurs d'argent peuvent retirer leur argent aussi long qu'ils veuillent, en perturbant sa circulation et ennuyant ceux qui en ont vraiment besoin.
  • Injuste: la même existence des intérêts composés augmente la richesse des riches au sacrifice de la majorité vaste des pauvres(lisez Kennedy pour en savoir plus).
  • Pas durable: notre système monétaire actuel est destiné à se collapser tôt ou tard parce qu'il exige une augmentation exponentielle pour toujours.

En bref, notre système monétaire est antidémocratique et rend ni des droits de l'homme ni de la liberté en considération. Il nous est donc important de nous souvenir que le système monétaire n'est pas une loi naturelle mais une convention qui était et encore aujourd'hui peut être arrangée pour les besoins humains. Par conséquent nous devrions le réviser si nous voulons que notre moyen d'échange serve pour nos valeurs…

Publicités

L’oxidation, alias intérêt négatif, c’est quoi ?

mai 4, 2006

Il est maintenant bien éclairé que le système monétaire d'aujourd'hui, basé sur le taux positif d'intérêt, est un grand obstacle contre notre style de vie durable aussi bien que nos activités économiques. Silvio Gesell (1862-1930), commerçant allemand-argentin et économiste, est un personnage remarquable qui suggéra comment réformer ce paradigme dans son chef-d'oeuvre « L'Ordre Économique Naturel ». (en allemand, anglais et espagnol)

Il commence sa discussion par le fait que l'argent jouit d'une position privilégiée en comparaison d'autres marchandises. Les biens en général sont dépréciés avec le passage du temps et vous ne pouvez pas vendre le journal d'hier ou des pommes de l’année dernière lorsque vous pouvez amasser votre argent aussi long que vous voulez sans souffrir aucune perte (en cas d'aucune inflation: notez que l'Allemagne adoptait l'étalon d'or quand il écrivit ce livre), ce qui permet aux porteurs de notes à charger les intérêts composés quand ils les prêtent à quelqu'un qui en ait besoin. Plus d'argent vous avez, plus de profit vous pouvez gagner par ce financement, en permettant aux super-riches à vivre seulement de tel revenu lorsque la plupart des pauvres sont demandés de leur contribuer.

Mais quelle était l'idée de Gesell?: « Abolir le privilège d'argent ». On préfère l'argent aux marchandises quand on épargne quelque valeur économique parce que l'argent reste inchangé, donc il arriva à concevoir d'imposer régulièrement un certain montant de "frais d'oxidation" aux porteurs de notes de papier pour les empêcher de les amasser (par exemple, mettre le timbre d'un-centième de la valeur nominale chaque mois: à être décrit plus la prochaine fois).

Cela créera un changement fondamental au système financier car c'est assez utile pour les emprunteurs: les prêteurs voient plutôt leur acte comme un moyen de se débarrasser de souffrir de la perte monétaire imposée par le frais d'oxidation qu'augmenter leur fortune et les emprunts avec l'intérêt négatif seront possibles quand le frais d'oxidation est assez haut: Dans le cas où le frais est un 1% par mois = environ 11,4% par année, il est meilleur de prêter US$1 000 pour recevoir seulement US$950 dans 12 mois que l'amasser chez soi et perdre plus qu'US$100. Le taux d'intérêt négatif donnera plus de chances à ces entreprises qui n'ont pas été financées jusqu'à présent à cause de leur basse rentabilité, plus de gens auront l'accès aux crédits = plus de liberté de diriger les activités économiques qu'ils veulent gérer et par conséquent il y aura plus de démocrqtie dans notre vie économique.

Bien que Gesell mourut en 1930 sans témoigner aucune exprérimentation à laquel sa théorie soit apliquée, l'histoire subséquente prouve qu'il avait raison. La prochaine fois je traiterai d'un succès historique.


Le taux d’intérêt et les projets à long terme

mai 1, 2006

Les intérêts composés actuels sont pas seulement responsables de ce que j'ai représenté dans le dernier article mais aussi de mettre arbitrairement de l'argent aux projets à court terme lorsque ceux avec plus du temps trouvent difficile d’être suffisament financés. Stefan Brunnhuber, un autre Allemand qui traite de cette question, donne un éclairage sur tout ce sujet dans son livre « Wie wir wirtschaften werden » (à être publié en anglais comme « Our Future Economy »).

Disons que vous avez deux projets desquels choisir: auquel projet investiriez-vous?

a) un pin de €10 qui deviendra à €100 dans 10 ans

b) un chêne de €100 qui deviendra à €1 000 dans 100 ans

Le taux d'intérêt joue un rôle essentiel sur votre choix bien que la plupart de vous n'en êtes pas informé(e)(s): le taux d'intérêt positif est synonyme de la dépréciation des actifs futurs parce que ce qui sera plus grand dans le futur est plus petit dans le passé. Si le taux d'intérêt est fixé à 5% par année, votre €1 000 en 2006 équivaut à €1 628,89 (1000×1,05^10) en 2016, mais cela signifie que votre €1000 en 2016 est réduit à seulement €613,91 (1000/1,05^10) en 2006. De ce point de vue le pin vaut maintenant €61,39 lorsque le chêne ne vaut que €7,60 (1000/1,05^100) et tout le monde est incliné par conséquent à planter un pin lorsaue personne ne s'intéresse pas au chêne.

Cela explique pourquoi les entrepreneurs se dépêchent en Chine pour établir de nouvelles usines parce qu'on espère des profits immédiats. Les projets à long terme tels que reboisement et éducation sont improbables d'appeler l'attention des entrepreneurs parce qu'ils ne sont pas avantageux dans cette structure.

Mais ce paradigme verra un changement fondamental quand le taux d'intérêt est différent: les actifs futurs peuvent être appréciés au lieu d'être dépréciés dans le cas où l'on ait un taux d'intérêt négatif. Le pin vaudra €162,89 au lieu de €61,39 et le chêne €131 501,26 au lieu de €7,60 avec 5% de taux d'intérêt négatif.

Cela favorisera des projets à long terme ou ce qui produiront constamment le profit, en permettant à plus de projets d'être financés. Mais comment pouvons-nous rendre un taux d'intérêt négatif possible? La prochaine fois j'aimerais traiter de cette question.


Notre système monétaire est-il durable ?

avril 26, 2006

De nos jours les de plus en plus de personnes s'inquiètent de la question de la durabilité mais c'est assez bizarre de trouver qu'il n'y a que très peu de tentatives déjà faites pour appliquer ce concept au domaine monétaire. Tout le monde sait suffisament combien dévastatrice la crise monétaire est pour toute économie nationale car nous avons témoigné plusieurs cas dans le monde, (Asie en 1997, Russie en 1998, Argentine en 2002) mais il m'est assez difficile d'imaginer que des analystes financiers discutent sur comment développer un système monétaire durable.

Margrit Kennedy(lien en allemand et anglais), architecte allemande, est une de peu de personnes dans le monde qui ont jamais essayé de donner une réponse à cette question. Elle a trouvé que le système monétaire actuel est défavorable pour les bâtiments écologiques qu'elle faisait et elle a commencé à rechercher l'aspect monétaire de notre système économique pour conclure qu'il a plusieurs fautes structurelles. Voici les découvertes clés de son chef-d'oeuvre « Libérer l'Argent d'Inflation et d'intérêt. »(en allemand et anglais)

1. Augmentation exponentielle(en allemand et anglais)

Le système monétaire actuel, fourni des intérêts composés, oblige notre économie à croître pour toujours et même plus qu'avant. Ce phénomène est rare dans le royaume naturel, cependant, par exemple les êtres humains arrêtent leur augmentation physique lorsqu'ils deviennent adultes, et la courbe exponentielle économique est destinée à épuiser toutes les ressources naturelles et/ou humaines avant de collapser juste comme le cancer accélère sa croissance pour finalement tuer le corps entier.

2. Le remboursement de l'intérêt est un grand fardeau pour tout projet(en allemand et anglais)

Nous payons l'intérêt pas seulement quand nous remboursons notre dette mais aussi lorsque nous payons des marchandises et/ou service. Une partie de votre prix du ticket de bus est dépensée pour rembourser la dette de la compagnie d'autobus avec intérêt et Kennedy estime que le pourcentage d'intérêt sur ce que nous payons équivaut à approximativement un quatrième en moyenne. C'est tout à fait important de remarquer que cet intérêt rende des projets écologiques « pas rentables. »

3. Redistribution injuste de richesse à travers l'intérêt(en allemand et anglais)

Mais le point le plus important de l'intérêt par rapport à la démocratisation économique est que cela transfère la richesse des pauvres aux riches: Évidemment ceux sans argent ont besoin d'en emprunter lorsqu'ils ont besoin d'acheter quelque grande chose (comme maison ou voiture) et ils doivent rembourser l'intérêt en plus du principal lorsque les riches peuvent profiter de cette circonstance pour s'enrichir plus encore. Kennedy montre que plus que 80% de la population perd de l'argent avec ce système lorsque une poignée de super-riches peuvent gagner de ce système, en soulevant une question si un système monétaire avec un tel trait est permis du point de vue de la justice sociale.